FEDERATION ETERNEL ALPHONSE DAUDET

 

                      Deuxième chemin Daudet à BELLEGARDE

 

C'est sous un soleil radieux que les membres de la Fédération Eternel Alphonse Daudet se sont retrouvés à Bellegarde pour leur deuxième chemin Daudet, le samedi 4 octobre 2014.

Le rendez-vous a eu lieu devant la Mairie avec les participants suivants :

Viviane et Jean-Pierre FRA, Mireille et Frédéric LAMORTE, Anny et Gérald GATTERRE, Anny et Guy MARTIN, Bernadette et Fred OBERSON, Daniel PRATS, Monique DEGRAVE, Pierre QUEYRANNE.

 

Nous sommes allés à la rencontre de Batisto BONNET, poète provençal

bellegardais, dont l'amitié indéfectible avec Daudet dura plus de trente ans.

C'est Frédéric MISTRAL qui présenta Batisto BONNET à DAUDET.

Une façon de rendre hommage au père fondateur du félibrige dont on fête en cette année 2014, le centième anniversaire de sa disparition.

 

Avec notre guide Mr Pascal CRAPE, chargé de la communication à la Mairie, nous nous sommes rendus sur les sites pittoresques de Bellegarde.

 

Tout d'abord, Mr. CRAPE nous présente l'historique des Moulins à huile, à vent, à eau, à sang (c'est-à-dire mus par la force animale). Onze  moulins, dont 4 moulins à vent, 6 moulins à eau et 1 moulin à huile qui fonctionnait encore en 1956.
Ce moulin à huile date de 1740. A partir de 1930, la mécanisation remplace les mulets qui actionnaient la meule. Nous remarquons deux presses  restaurées qui sont restées manuelles. Le fonctionnement du moulin était assuré par cinq personnes. La quantité d'huile extraite oscillait entre dix et seize litres pour 100 kg d'olives. Le moulin recevait 1600 kg d'olives par jour, soit 60 tonnes par saison.

L'hiver catastrophique de 1955/56 détruira un grand nombre d'oliveraies et le moulin est abandonné.

En 1998, le moulin est acheté par la commune.  En 2002, il est restauré par  un chantier communal d'insertion et remis en service le 10 décembre 2004.

Aujourd'hui, le moulin à huile, à caractère pédagogique uniquement, accueille chaque année, les écoles primaires de la région.
La restauration de ce patrimoine à rendu à ce moulin à huile ses lettres de noblesse.

 

Mr. CRAPE nous conduit à travers les rues de Bellegarde, devant le relais de la fameuse diligence de Beaucaire, ensuite le groupe découvre la maison natale de Batisto Bonnet. Là, notre présidente nous parle de l'écrivain bellegardais né le 22 février 1844 dans cette modeste demeure.

La famille est pauvre et l'enfant de 10 ans appelé Brisquimi, est envoyé au maître berger Boutignan pour garder les troupeaux à la bergerie de Bronzet.

Doué d'une grande sensibilité et possédant naturellement l'art de raconter, il écrit en provençal ses souvenirs d'enfance dans un livre intitulé « Vido d'Enfant », traduit par Daudet, ainsi que «Varlet de Mas ».
Daudet trouvera un emploi à Paris pour son ami Batisto chez l'éditeur Dentu et l'aidera financièrement jusqu'à la fin de sa vie.

En 1896, après le décès de son épouse et en 1897, après le décès de Daudet, Batisto revient à Bellegarde, où l'accueil sera mitigé.

Déçu, Batisto séjourne à Bouillargues, puis à Nîmes où il décède le 5 avril 1925. Il sera enterré dans la fosse commune.

En 1931, le conseil municipal de Bellegarde lui rend hommage en lui donnant une sépulture au cimetière de Bellegarde.

Le Marquis de Baroncelli et la « Nacion Gardiano » accompagnent le cercueil recouvert de branches de tamaris, tout au long du parcours.

 

Enfin, le groupe se retrouve dans le hall de la mairie pour admirer une sculpture de notre amie Christiane CHAMAND représentant le buste de Batisto.

 

Mme DELIECHE nous accueille à la Médiathèque pour nous présenter une lettre écrite par Batisto Bonnet à Mr. Vidal de Bellegarde. Un livre retraçant la vie de l'écrivain est remis à chaque participant.

 

L'histoire de Bellegarde est riche. Au cours du Moyen Age, deux sites se sont développés Broussan et St Jean, mais les guerres de religion vont arrêter toutes activités de culte et les sites sont abandonnés et détruits. Bellegarde se retrouve sans église.

 

En 1663, débute la construction d'une nouvelle église dans le centre du village. Au sud, le four à pain, au nord, le presbytère, la maison commune et l'école, un puits dans lequel pousse aujourd'hui un platane.

 

En 1853, l'église est trop petite et sera détruite pour faire place à une nouvelle église construite face à la mairie actuelle.

La statue de la Vierge sera installée au sommet de la Tour de Bellegarde

qui  prendra le nom de Tour de la Madone.

 

Après cette matinée enrichissante, une table joliment dressée sous la pergola, nous attend, ainsi qu'un menu concocté par Jean-Jacques COCLET de la Halte Nautique. Le repas est joyeux et plein d'entrain.

 

A 15 h 30, la direction des Vignerons créateurs nous accueille pour une dégustation de la Clairette de Bellegarde.

 

Les caves de Bellegarde, Jonquières St Vincent, Manduel et St Gilles ont fusionné pour donner naissance aux Vignerons créateurs, dont les vignes s'étendent désormais de la Camargue au Pont du Gard.

 

Certains repartiront les « pommettes rouges » et quelques bouteilles...

 

Tout à côté, le Musée de l'Eau, dans lequel se trouve une petite partie restaurée de l'aqueduc  romain. De nombreux vestiges témoignent du captage de la source depuis l'Antiquité.

 

En 2007, une importante découverte par la présence d'un bassin de régulation des eaux. Des fouilles sont entreprises, et, à ce jour, tout semble confirmer que l'aqueduc traversait les anciens marais de la plaine du Rhône pour rejoindre la ville de Trinquetaille, près d'Arles.

Les piles du pont aqueduc antique de la Draille des Arcs à Beaucaire sont de forme carrée, 2,20 mètres de côté, soit 7 pieds romains.

 

Les recherches sont financées par Bellegarde et la communauté de Communes « Beaucaire, Terre d'Argence ».

Deux noms sont à  retenir : Aqueduc de Bellegarde et Aqueduc d'Argence.

 

Après avoir remercié chaleureusement Mr. CRAPE pour son accompagnement tout au long de la journée ensoleillée dans Bellegarde au patrimoine captivant, nous nous quittons sur ce deuxième chemin de Daudet au pied de la Tour de la Madone.

 

La Présidente

Monique DEGRAVE
Retour en page d'accueil