BELLEGARDE

I.   Situation géographique : entre Costière et Camargue

 

Le 26 novembre 2013, visite de Monique DEGRAVE et de Pierre QUEYRANNE  à la Mairie de BELLEGARDE avec Monsieur CRAPE, adjoint à la culture.

 

Hotel de Ville.JPGL'Eglise.JPG

                                                  Hôtel de ville                                                                                             Eglise

En face de l'Hôtel de Ville, une place sur laquelle se trouve une jolie fontaine, ainsi que l'église St Jean Baptiste. Les plans de l 'église seront dessinés par l'architecte Laval. De style roman à trois nefs, l'église possède de magnifiques décors peints par l'artiste régional Joseph Beaufort.

Il est à souligner la restauration de deux tableaux du 18ème siècle « le Baptême du Christ » et le « Mariage de la Vierge ».

 

Buste en Bronze.JPGBatisto Bonnet et Mistral.JPGPlaque de Marbre.JPG

                         Buste de B. Bonnet                                     B. Bonnet et Mistral                        Commémoration de 1931

Dans le hall de l'hôtel de ville, on remarque un buste en bronze de Batisto BONNET réalisé par notre amie Christiane CHAMAND-DEBENEST, un portrait de Batisto BONNET avec MISTRAL, ainsi qu'une plaque de marbre gravée en l'honneur du félibre provençal.

 

II.         BAPTISTE BONNET – Une grande amitié (1844-1925)

 

Batisto BONNET, grand ami de DAUDET et de MISTRAL, est né à BELLEGARDE en 1844.

 

Maison Natale de B. Bonnet.JPGplaque de commemoration.JPG

                      Maison Natale de B. Bonnet                                                        Plaque Commémorative
Son père est originaire d'Arles, sa mère de Graveson. La vie est dure chez les Bonnet. Batisto n'ira pas à l'école. A dix ans, il sera berger en terre d'Arles, l'hiver ; dans le Lubéron, l'été.

Le service militaire il le passera en Afrique, dans le SAHEL, pendant 5 ans.

Il apprend à lire et à écrire durant cette période.
Il se marie avec Marie Céleste L'Huillier. Ses premiers écrits paraîtront dans un journal édité à Paris « Viro Souleu ». Ils seront remarqués par Mistral et

surtout par Alphonse Daudet qui lui écrit à plusieurs reprises en lui demandant de venir le voir, mais Batisto démuni attend de s'acheter une redingote et un gilet avant de monter à Paris, cela lui prendra six mois.

 

Batisto Bonnet écrit en provençal. Alphonse est traducteur de son oeuvre.

Daudet fera une traduction de « Vido d'enfant » qui paraît en 1894 chez Dentu. Ce roman est bien accueilli, de bonnes critiques dont une de Georges Clémenceau dans la « Dépêche ». Il commence alors la rédaction de « Varlet de mas » quand en novembre 1897, survient la mort de sa femme, suivie un mois après par celle de Daudet.

 

Rue A. Daudet.JPGLivres de B. Bonnet.JPGIMG_3488.JPG

                Rue de Bellegarde                                                  Les Livres                                             Manuscrit de B.B

C'est Léon Daudet, fils d'Alphonse qui préfacera « Varlet de Mas », en 1898.

Vers 1907, il rentre à Bellegarde où il écrira « Souvenirs de Daudet »

Traduit par Joseph Loubet en 1911 et paru chez Flammarion.

 

Une reconnaissance, une immense admiration et des souvenirs mélangés dans le « Baïle ».

Un joli village : ... Bellegarde : galant pays avec sa plaine ... avec sa vigne pour cocarde ... Comme était fière, ... derrière sa tour, Bellegarde.

 

 Ecole B. Bonnet.JPGIMG_3467.JPG

                                                       Ecole                                                                  Vierge                                   

Les paysages de la commune de Bellegarde ... « Lorsque vous vous trouvez à la Fontaine du Roi dans l'ancienne propriété des parents de Daudet...dans la direction d'Arles, vous découvrez la plaine de Beaucaire et la séduisante étendue de la Terre d'Argence ... ».

Les parents :.. « Quelles belles heures nous avons passées au long de nos côteaux, à l'abri des talus ensoleillés, sous les ronflements du vent qui courrait en soulevant la ramure argentée des oliviers.  ... pauvres, nous allions glaner : raisins, olives, escargots ... et Alphonse de répondre « nous adorons tous nos mères ... Je me sens mieux ».

En 1907, après 36 ans de vie parisienne, il retourna à Bellegarde, où il créa une revue locale «le Midi et le Nord ».

Il demeura cinq ans à Bellegarde, cinq ans à Bouillargues, puis se fixa à Nîmes en 1917 où il fonda « Nemausa ».

Ses dernières années, il les passera dans la pauvreté, au 20 de la rue

Bourdaloue où il reçoit André Chamson. Il meurt le 5 avril 1925 chez Antoine Carrol au 53bis, rue d'Uzès à Nîmes.

 

IMG_4038.JPGIMG_4040.JPGIMG_4044.JPG

                                                          Sépulture de Batisto Bonnet au cimetière de Bellegarde

En juin 1931, le conseil municipal de Bellegarde décide de faire construire un tombeau et de transférer la dépouille de Batisto Bonnet. Quatre gardians accompagnent le cercueil : le Marquis de Baroncelli, Jean Bérard de Gallargues, Bessède et Bataille de la Nacioun Gardiano.
C'est le marquis de Baroncelli qui eut l'idée de placer le cercueil sur une charrette recouverte de tamaris à l'entrée du village.

Le 28 juin 1931, Nîmes a glorifié Batisto Bonnet en inaugurant sa statue au Mont-Duplan.
Enfin, le même jour, Paris a honoré le chantre de Bellegarde au cours de fêtes félibréennes qui ont eu lieu à Sceaux.

 

Ecoutons DAUDET : « le Provençal de BONNET est délicat et musclé ».

Extraits de la préface écrite par Léon Daudet pour Varlet de Mas : « Que de fois avons-nous parlé  ensemble de Bonnet, de ce don extraordinaire d'expression, de cette richesse de vocabulaire qui lui jette à  pleines brassées des mots heureux, les mots de race, venus du sol avec les fleurs et les fruits qu'éveillent les émotions naïves et la légende ».

 

Mr QUEYRANNE nous fait part d'un livre qui appartenait à sa famille.

Ce  livre intitulé « La Garbeto d'un Païsan de Bello-Gardo » présenté par L. IMBERT et imprimé le 31 octobre 1938 par l'Imprimerie l'Ouvrière à Nîmes.

Jean MICHEL, paysan-poète bellegardais.

Authentique paysan qui a travaillé la terre bellegardaise toute sa vie. Il travaille dans la joie, car il aime son métier, son village, sa terre, ses vignes et ses oliviers. Pour occuper son esprit, il compose oralement de petites poésies que sa mémoire extraordinaire emmagasine jusqu'au jour, souvent lointain, où il prend le temps de les transcrire de son cerveau sur le papier.

Ainsi, les heures passent plus vite, et l'on songe moins au froid qui vous engourdit le corps, au mistral qui vous tourmente, à la rosée qui vous trempe ou au brûlant soleil qui vous cuit.

Ayant l'avantage de fréquenter ce paysan-poète, dont la poésie simple et vraie est l'image de sa vie, j'ai pensé qu'il méritait l'honneur de ce petit livre. Et j'ai lié en une modeste gerbe ces épis mêlés de fleurs champêtres, avec l'espoir de faire aimer un brave paysan de chez nous qui traduit ce qu'il voit, ce qu'il pense et ce qu'il sent dans la langue savoureuse de notre beau Midi.

 

                   Bellegarde-du-Gard, le 1er octobre 1938.

                                        L. IMBERT

 

III.       L'influence de BELLEGARDE dans l'Oeuvre de DAUDET

 

Nous avons retrouvé ce superbe conte de DAUDET :  « Les Emotions d'un Perdreau rouge ».

Extrait du conte :  « Alors nous revînmes tout doucement vers la plaine, pour avoir des nouvelles de notre compagnie. En passant devant  la maison du bois, je vis quelque chose d'épouvantable. Au rebord d'un fossé, les lièvres au poil roux, les petits lapins gris à queue blanche, gisaient à côté des uns des autres. C'était des petites pattes jointes par la mort qui avaient l'air de demander grâce, des yeux voilés qui semblaient pleurer ».

 

IMG_4046.JPGIMG_4051.JPG

Ce conte va nous conduire sur les traces de Daudet vers un Domaine

« le château St Louis la Perdrix », haut lieu de la vénerie à l'époque capétienne. Le roi St Louis s'y rendait régulièrement pour chasser la perdrix.
La perdrix est devenue l'emblème du Domaine vinicole.

Daudet et son ami Bonnet s'y rendaient souvent. Là, Daudet séduit par le lieu et sa nature intacte en a exalté la beauté dans ce conte.

Le Domaine de 50 ha du Château St Louis la Perdrix s'étend d'un seul tenant sur l'extrémité sud de la Vallée du Rhône.

Le Mas St louis la Perdrix avait été acheté par une célébrité de Bellegarde : Philippe LAMOUR.

Le 12 février 1903 naissait à Landrecies dans le Nord, Philippe LAMOUR, cadet de trois enfants. A 5 ans, il perd sa mère et il sera élevé par la famille TONDEUR.

Homme de grande valeur, Philippe LAMOUR s'est fait le chantre de la mise en valeur du Patrimoine.

Le 25 juillet 1992, il s'éteignait à l'âge de 89 ans, à son domicile de Bellegarde dans le Gard.

Dans le journal « Le Monde » daté du 27 juillet 1992, André FONTAINE écrivait : «... Amoureux de la nature et des êtres, ne se laissant intimider par rien, ni par personne, il aimait la vie qui le lui rendait bien... ».

 

C'est  cet  héritage que le crédit Agricole a eu à cœur  de préserver et de partager  lors de la reprise de la propriété en 1991.

 

IV.       Le Patrimoine

 

Poème de Jan MICHEL  en provençal : « La Tourre de Bello-Gardo »

 

Quand lou Bello-Gardié s'espatrio e vai courre,

Cresènt faire fourtuno en de lunchen païs,

S'un jour trop magagna s'entourno à soun bèu nis,

Es tout requinquiha quand devisto la Tourre !   J.M.

IMG_4057.JPGIMG_4054.JPG

 

Poème de Léopold  IMBERT : « La Tour de Bellegarde »

Dressant son visage hautain

Tel un soldat montant la garde,

Voici la Tour de Bellegarde

Vestige d'un passé lointain !

 

La Tour, site qui est à l'origine du nom du village.

 

Bellegarde en latin Castrum bellae gardae, donjon rectangulaire installé à 56 mètres de hauteur, domine le village et toute la plaine. Jadis, elle jouait un rôle de tout premier plan en matière de surveillance. Elle s'intégrait dans un ensemble fortifié beaucoup plus vaste qui avait un rôle important.

 

Les Fontaines : Fontaines des Lions, du Dauphin, du Petit Garons, des Sirènes, St Jacques etc...

IMG_3477.JPGIMG_3456.JPG

                                                        Fontaines : Des Lions       ………                                                  et de la place

Le Prieuré de BROUSSAN sur l'un des chemins de St Jacques de Compostelle.

Des travaux de restauration se poursuivent actuellement pour inscrire la chapelle dans la création d'un parcours touristique « des chapelles romanes de la Terre d'Argence ».

Les canaux : Le canal de Beaucaire à « Aigues-Mortes » ou du « Rhône à Sète » est officiellement ouvert en 1805.

Le canal « Philippe Lamour » a pour rôle d'irriguer les cultures.

L'Aqueduc antique : qui prend son captage près du Château LAVAL.

Le Moulin à huile traditionnel du XIXème siècle. Sa dernière année de     fonctionnement date du rude hiver de 1955-1956 où des températures de moins 17° causeront d'importants dégâts dans de nombreuses oliveraies du Midi.

IMG_3469.JPGIMG_3472.JPG

                                                                                           Le vieux Moulin à Huile

Dès 1997, Bellegarde s'ouvre vers l'Europe en se jumelant avec deux villes.

Armoieries Villamartin et Bellegarde.JPG

L'une en Espagne : Villamartin, l'autre en Allemagne : Gersfeld.

 

Une plaque signale la maison de naissance de Batisto, rue du Château

IMG_3483.JPG

 

Dans la Médiathèque de Bellegarde  se trouve la copie d'une lettre manuscrite de Batisto BONNET adressée à un Bellegardais, Monsieur Vidal, menuisier, le 23 avril 1906.

IMG_3484.JPG

 

V.         Les célébrités locales :

 

Batisto BONNET : félibre provençal appelé aussi « Brisquimi », (1844-1925)

 

Philippe LAMOUR : grand aménageur et bâtisseur de la région Languedoc,

(1903-1992)

 

Antoine SYJALON : premier potier faïencier nîmois. Ses oeuvres rares sont exposées dans les plus grands musées du monde. (1523-1590).

 

Charles GIDE : oncle d'André GIDE, économiste et penseur se marie avec Anna Im Thurn dont la famille possédait le domaine des Sources à Bellegarde. Il publie les « Principes d 'économie politique », 26 éditions publiées en France, 19 traductions en langues étrangères et une en braille. (1847-1932).

IMG_4061.JPG

 

                        Bellegarde et la plaine d’Argence vus de la Tour

Retour en page d'accueil