SORTIE ALPHONSE DAUDET A ALES

LE SAMEDI 30 SEPTEMBRE 2017

 

Bonjour Monsieur le Maire,

Bonjour aux Elus,

Bonjour Chers Amis de Daudet,

 

La Fédération Eternel Alphonse Daudet vous remercie chaleureusement pour votre accueil.

Personnellementl, il y a longtemps que la Fédération et moi-même souhaitions venir dans votre jolie ville sur les pas de notre cher écrivain Alphonse Daudet.

Pourquoi me direz-vous ?

Lorsque j'ai commencé à lire l'oeuvre de Daudet, et notamment le Petit Chose, je me suis aperçue combien son séjour de moins de 6 mois à Alès l'avait touché.

Par la suite amplifié par les « médias ».

Ce sentiment est très personnel et j'en suis arrivée à la déduction suivante :

N'importe quel adolescent de cet âge 17 ans à peine aurait eu des réactions similaires. La famille éclatée, séparé de sa mère qu'il chérissait tendrement, de sa  petite soeur Anna de huit ans qui s'étaient réfugiées chez la tante ZOE VERMEEZ de NIMES,et surtout de son cher frère Ernest qui le protégeait, et qu'il appellera dans son livre « ma mère  Jacques ».

De plus, et on le passe souvent sous silence, l'année précédente en 1856, il venait de perdre son frère aîné Henri, qui enseignait à l'Institut d'Alzon de NIMES.

Nulle part dans son œuvre je n'ai retrouvé trace de cette blessure qu'il a enfoui au plus profond de lui-même.

Un mal-être jamais évoqué qui fut suivi d'une crise mystique.
N'oublions pas non plus que le jeune Alphonse était handicapé d'une grande myopie qui aurait nécessité d'être soignée, d'une sensibilité à fleur de peau, mais aussi  d'une fierté qu'il devait à ses racines cévenoles de par ses grands-parents maternels comme paternels.

Pour toutes ces raisons évoquées, j'ai trouvé un adolescent au charme fou, qui plaisait autant aux femmes qu'aux hommes, et par-dessus tout, un poète de talent.
C'est au cours des grandes vacances  chez son cousin Pierre-Henri Gibelin, époux de Maria Daudet, qu'il a écrit à Lasalle ses premiers poèmes pleins de fraîcheur et de fantaisie (Les Prunes, La Perle des Vallons et les Nouveaux-Nés) rassemblés dans un recueil appelé  « Les Amoureuses » qui quelques années plus tard, sera lu dans les salons de l'Impératrice Eugénie, femme de Naploléon III.

En conclusion, Alphonse Daudet a tiré de cette expérience le meilleur puisqu'à la fin de sa vie il avouera à son ami et confident Batisto Bonnet « tu vois, mon Tiste, ce livre Le Petit Chose, je l'ai écrit trop jeune.

 

Enfin, en venant à ALES, la Fédération Eternel Alphonse Daudet, ne peut que vous féliciter pour l'hommage que vous avez rendu à cet écrivain du pays tout au long de ces décennies.

Une plaque en Prairie, à la Guinguette d'Espéron,

Un magnifique buste Alphonse Daudet par le sculpteur alésien  Raymond Roux,

Enfin, la Médiathèque qui porte le nom Alphonse Daudet.

Et, en ce jour, du 30 septembre 2017, l'inauguration de la plaque  en hommage à Daudet, maître d'études dans cet ex-collège de mai à octobre 1857, 6mois, à l'ex-caserne Thoiras, actuellement logis cévenols situés rue Pasteur.

 

J'ai toujours à cœur de dire, et de redire, combien le devoir de transmettre nous incombe pour les générations à venir ; d'autant plus que le constat est flagrant, notre fançais se délite, l'enseignement de la littérature n'est plus ce qu'il était, et l'abandon de la lecture chez notre jeunesse est acceptée, année après année, quant à l'orthographe, il y aurait trop à dire !!!

 

NAISSANCE D'UN LIVRE

Il m'a semblé essentiel d'écrire un livre Sur les Chemins d'Alphonse Daudet, pour guider les lecteurs  jeunes ou moins jeunes, vers des communes au charme fou et en lien avec Daudet .

Ce livre est un guide sur les pas de Daudet, de la Provence au Languedoc, en passant par les Cévennes, de la Camargue au pays Cathare.

Une fenêtre ouverte sur une mosaïque de terroirs qui nous enchantent à travers ses traditions, ses coutumes, son patrimoine.

Aussi, je remercie la ville d'Alès d'avoir fait le pré-achat de mon livre. Et c'est officiellement que je vous remets aujourd'hui les vingt ouvrages qui vous sont attribués.

 

Notre visite d'Alès, tournée vers l'avenir, est notre huitième chemin, et nous le savons tous, au bout du tunnel, jaillit la lumière. Et c'est cette étoile que je vois briller aujourd'hui sur la ville d'Alès, celle de notre Eternel Alphonse Daudet.

 

 

       Monique DEGRAVE

Présidente de la Fédération Eternel Alphonse Daudet

Retour à la page d'accueil