HOMMAGE A ALPHONSE DAUDET

                           PLAQUE DEVOILEE   

                                      POUR LES 120 ANS DE SA DISPARITION

 

La Fédération Eternel Alphonse Daudet et Mr. Christian Lacour vous remercient de votre présence

L'année 2017 marque le 120ème anniversaire de la disparition de l'écrivain.

 

Nous poursuivons inlassablement le même but, promouvoir l’œuvre de Daudet,

Nous partageons la même passion, le faire connaître au plus grand nombre et surtout aux jeunes.

Nous avons souhaité commémorer cet événement en dévoilant une plaque à l'endroit même où le jeune garçon jouait sous la Porte Auguste.

 

Je remercie chaleureusement Monsieur Lacour, Nîmois de naissance comme Alphonse Daudet, dont je découvre les qualités indéniables d'un homme libre, indépendant, généreux.
Son amour pour l’œuvre de Daudet date de plus de vingt ans.

Je salue son travail immense et sa passion exaltante en tant qu'éditeur régionaliste le plus grand de la région.

Grâce à lui et à son équipe, il a sorti de l'oubli de nombreux livres précieux et surtout les livres de la dynastie Daudet.
 Daudet est né à Nîmes, à deux pas d'ici, 20 boulevard Gambetta.

 

Nîmes est sa ville natale.

Pour l'homme comme pour l'écrivain, Nîmes est la première.

 

Nîmes est sa ville-refuge. Daudet y revient souvent :

pour les vacances, avant ses départs pour l'Algérie et la Corse, pour se ressourcer lorsque Paris est trop pesant, lors de son voyage de noces pour présenter sa jeune épouse à sa famille, lors de ses cures à Lamalou.

 

Nîmes est sa ville-référence. C'est dans le mas Saint Laurent appartenant à son cousin germain Louis Daudet que le jeune Alphonse écrit les premières pages du Petit Chose.
Comme on le voit, ces retrouvailles avec son Midi, sont chaque fois un émerveillement et une source intarissable d'impressions qu'il transpose ensuite dans son œuvre.

Sa mémoire fidèle reconstitue sa ville natale.

 

LES DOMICILES NIMOIS.

La toute première maison est une maison bourgeoise, la vieille maison Sabran.
Au premier étage, le magasin de vente et un atelier d'ourdissage.

La famille habitait le second étage.

Vers 1844, les Daudet s'installent de l'autre côté du cours, dans la Maison Vallongue, entrée rue Graverol.

Trois ans plus tard, Vincent Daudet, son père, est contraint de déménager, sa situation financière s'aggravant,  et toute la famille se retrouve dans une habitation comprise dans l'usine d'impression de tissus, chemin bas d'Avignon.

Enfin, la faillite étant prononcée, la fabrique vendue aux Carmélites, l'ultime déménagement se fait rue Séguier.

 

Le jeune Alphonse et son frère Ernest ont fréquenté les écoles Nîmoises.

L'école des Chers Frères de la Cathédrale.

L'Institution Canivet, rue Colbert.

 

Il évoquera jusqu'à sa dernière heure sa belle et chère ville de Nîmes avec son ami Baptiste Bonnet de Bellegarde. Celui-ci écrira, après le décès de l'écrivain, un livre magnifique : le Baïle.

 

D'autres endroits de Nîmes sont cités dans les romans de Daudet : La Tour Magne, les Arènes, l'Enclos du Roi, la pharmacie de son oncle Vermez, rue curraterie, le mazet...

Une œuvre dense et féconde, pleine de saveurs, où tous les Nîmois, 120 après, se retrouvent avec émotion.

 

Car il n'y a pas un Daudet, mais une DYNASTIE DAUDET.


Deux générations de Daudet ont accompagné l'histoire littéraire de la France.
La mémoire collective a retenu le nom d'Alphonse, mais il y a aussi Julia, son épouse, Léon et Lucien, ses fils, Ernest son frère, et Marthe Allard dite Pampille.

Cette saga familiale traverse le XIX et le XXème siècle.

 

Elle s'est trouvée au centre de la vie artistique, littéraire et politique  pendant un siècle. Elle a fréquenté la plupart des grands de son temps : Zola, Flaubert, Maupassant, Renoir, Bizet, Gambetta, Clémenceau...

 

A travers la vie et l’œuvre de Daudet :

 c'est toute notre littérature française que nous retrouvons,

c'est aussi notre belle langue française que nous sauvegardons.

 

La langue française véhicule la richesse d'une culture, d'une histoire, d'un patrimoine. Le français est une langue riche et rigoureuse. L'apprendre c'est le sentiment d'appartenance à la nation. Dans un pays où une part grandissante de nos jeunes n'ont

plus la maîtrise de l'orthographe et n'ont plus la compréhension des textes, il y a une  prise de conscience à avoir.

 

Nous sommes une association culturelle et à ce titre, nous avons le devoir de la transmission des savoirs.

 

A l'initiative des Editions Lacour, l'année 2017 verra la création d'un CONCOURS  Prix Alphonse Daudet,  NOTRE PRIX ouvert à tous, jeunes et adultes.

Le thème « Voulez-vous écrire sur lui » ?

Un prix de 500 euros sous forme d'achat de livres sera attribué  à l'auteur, ainsi que l'impression de son livre.

 

De plus, l'Association Eternel Alphonse Daudet a mis en place une équipe qui travaille d'ores et déjà, en partenariat avec La Librairie Lacour, avec les Directeurs et les Directrices des bibliothèques et médiathèques de la région.

Un rendez-vous sera programmé avec l'Inspecteur d'Académie du Gard pour les Etablissements scolaires.

 

 Alphonse Daudet a été traduit dans de nombreux pays.

De son vivant, il était une référence parmi ses pairs et dans le monde entier.

 

L'écrivain anglais : Charles Dickens, lui écrira : « un petit frère m'est né en France ».

 

Alphonse Daudet, pour nous, est l'écrivain qui a vécu à Paris par nécessité, et ensuite par amour, mais tout son cœur battait pour son Midi qu'il a auréolé à travers son œuvre.

Œuvre immense, à la portée des plus jeunes, je pense à ces merveilleux contes Les Lettres de Mon Moulin qui se sont transmis de mères en fille, de pères en fils, de maîtres à élèves et qui perdurent à travers le monde.

 

Nous le reconnaissons » ETERNEL » en tant que tel, l'Eternel Alphonse Daudet, éminent homme de lettres, est le grand défenseur de notre langue française que nous avons aujourd'hui le devoir de sauvegarder pour nos enfants et petits-enfants.

 

Je terminerai par trois mots d'espoir « VIVE LA VIE » inscrits sur la façade de sa maison natale.

 

Monique DEGRAVE

Présidente de la Fédération Eternel Alphonse Daudet.

Retour page d’accueil