LE MOT DE LA PRESIDENTE

ASSEMBLEE GENERALE 2018


 SI LES JEUNES ME CONTAIENT ALPHONSE DAUDET... !

 

Pour notre Association comme pour chacun de nous, nous avons pris un an de plus... ! Une année nouvelle s'ouvre à nous pour cheminer tous ensemble et pourquoi pas, avec les Jeunes... !

Mais auparavant, je remercie les membres, les élus et toutes les personnes qui m'ont envoyé leurs félicitations pour la sortie de mon livre Sur les Chemins d'Alphonse Daudet.

 

Je souhaite aussi remercier le Conseil d'Administration pour son soutien tout au long de l'année.

Tous mes remerciements chaleureux à Monsieur Christian Lacour, passionné de Daudet, libraire-colporteur à Nîmes, depuis plus de sept générations, qui a compris l'humanité de Daudet. Aussi  qu'il me soit permis, en ce jour, d'Assemblée générale, de rendre hommage à ce nîmois de cœur pour le travail acharné qu'il met à ressusciter, et le mot n'est pas trop fort, des œuvres méconnues du grand public.

Il apporte une pierre au grand œuvre : notre Exposition-Musée à Nîmes.

 

 Le livre d'or du Musée que Monsieur Lacour a fait imprimer apporte des témoignages émouvants et reconnaissants d'avoir pris l'initiative de créer ce Musée au cœur de Nîmes finalement attendu dans l'inconscient collectif et attendu des nombreux touristes...

Monsieur Lacour et l'Association Eternel Alphonse Daudet s'impliquent depuis quelques années à rendre à cet écrivain célèbre, natif de Nîmes, l'hommage qu'il mérite.

 

Enfin, je remercie vivement deux jeunes journalistes  de Midi-Libre et de la Gazette de Nîmes pour les écrits remarquables et les hommages rendus à Alphonse Daudet.

Le 5 octobre 2017, un article intitulé dans les Pas d'Alphonse Daudet.

Le 21 décembre 2017, six pages dans lesquelles la Gazette de Nîmes est partie sur les traces d'Alphonse Daudet à la suite de la parution de mon livre.

 

Ce livre facile et agréable à lire, est un guide pour les moins jeunes comme pour les plus jeunes.

Il présente de nombreuses illustrations en couleurs et des faits historiques inhérents au terroir.

Un travail assidu de quatre ans et une ténacité singulière m' ont permis la naissance de cet ouvrage.

Il a pour but de tisser une toile entre toutes les communes ayant ce lien avec l'écrivain.

 

Il évoque non seulement l’œuvre de Daudet, mais il est aussi un appel pour les jeunes.

 Puissent-ils ouvrir leurs yeux sur notre belle région, riche de son patrimoine, de ses traditions et de son histoire !

L'homme aspire à s'inscrire dans une Histoire.

Or, parler d'Histoire, c'est aussi parler de sa transmission et de ses racines.

 D'où venons-nous, où allons-nous ?

Revisiter son passé littéraire, c'est relire Alphonse Daudet,  Émile Zola, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Victor Hugo, écrivains dont les œuvres sont le socle de notre littérature.

 Heureusement, ceux-ci sont encore dans le programme scolaire de nos étudiants !

A ces étudiants qui sont la jeune génération de demain, il faut donner le goût du savoir et de la transmission comme nous l'ont appris nos parents et nos professeurs.

Pour les anciens, un jour, arrive la sagesse. La sagesse liée au savoir et à la connaissance. Elle est discrète et intérieure. Elle s'adresse autant au cœur qu'à l'intellect. Elle s'adresse à tous, très souvent née du vécu et des épreuves traversées.

 

Ce qui m'a éblouie, chez Alphonse Daudet, c'est ce frémissement de sagesse dans son humanité qu'il a trouvée à la fin de sa vie.

 

Pourquoi son œuvre est-elle destinée à perdurer ?

Parce qu'elle a atteint sa puissance maximale de  poésie et d'humanité dans tous les thèmes abordés dans ses romans et, qui plus est, fait écho à  notre monde d'aujourd'hui.

Ce monde dans lequel parfois nous ne nous retrouvons plus.

Dans son humanité bienveillante, l'écrivain s'est attaché aux humbles et à peindre les souffrances que ressent l'homme pendant sa vie éphémère.

 

Dans le livre « Jack », il a intitulé un chapitre « La vie n'est pas un roman ».

Oui, la vie  n'est pas un roman.

 Daudet a écrit de nombreux romans, moins lus que les contes.

Les contes d'Alphonse Daudet sont encore connus des enfants, mais pour combien de temps encore … ?

 

 Pourtant, ces contes sont entrés dans l'imaginaire collectif, cependant il faut continuer à les transmettre, à les raconter aux jeunes enfants. C'est le rôle des parents, de la famille et des enseignants.

 

 Pourquoi les jeunes, aujourd'hui, ne feraient-ils pas des dictées dans le merveilleux conte de «  La petite chèvre de Monsieur Seguin  «  de la Dernière classe », et bien d'autres nouvelles qui ont enchanté notre apprentissage de la langue française... !

 

 Dans les Instituts français, à l'étranger, les professeurs continuent cet enseignement.

 Il y a quelques années, lors d'un voyage en Roumanie, j'ai visité une bibliothèque, possédant des livres sur Daudet.

Ce qui m'a amenée à faire une petite enquête et de constater que dans certaines bibliothèques gardoises, Alphonse Daudet a disparu des rayonnages...

Constat navrant, d'autant plus que c'est un écrivain nîmois... !

 

Il faut redonner à l'école sa mission fondamentale de retrouver ses écrivains.

Il faut surtout transmettre le goût de la lecture à chaque enfant, le goût du savoir

à tous, pour une meilleure compréhension, une meilleure cohésion sociale et un meilleur épanouissement personnel.

La lecture est une source de plaisir qui dure toute la vie.
La lecture augmente les aptitudes de chacun à exercer sa pensée critique.

La lecture est une habitude qu'il convient de prendre très tôt.

Car lire, c'est voyager dans le temps et dans l'espace. Offrir un livre est gratifiant, car le livre est un ami.

 

Ainsi que le disait Voltaire : « Rien ne se fait sans un peu d'enthousiasme ! ».

Alors oui, soyons créatif pour construire le monde de demain, pour aller vers une renaissance de l'apprentissage de la lecture, de la compréhension des textes et bien sûr d'une meilleure orthographe.

 

Notre ministre de la Culture, Madame Françoise Nyssen, veut redonner à la Culture ses lettres de noblesse : l'exception culturelle française qui à travers le monde fait notre fierté. La Fédération Eternel Alphonse Daudet est une association culturelle et poursuit le même but.

Si certains ont gardé une image incomprise et réductrice de Daudet, aujourd'hui, je sens un regain d'intérêt pour l'écrivain.

 

 Au moment où Nîmes, la belle romaine, présente sa candidature pour être classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO et pour sa réussite.... jouons collectif ;  j'invite donc les membres de notre Association à manifester leur soutien sur le site de la ville de Nîmes.

 

 Appel à agir, appel à créer, c'est aussi l'appel que je vous lance pour la pérennité de notre Association.

Comme disait Saint-Exupéry :  «  Dans la vie, il n'y a pas de solutions, il y a des forces en marche ; il faut les créer et les solutions suivent ».

 

L'année 2017 a été riche en événements de commémoration en l'honneur du grand homme.

 

Le 8 avril 2017, grâce à Monsieur Lacour,  une plaque commémorative, pour les 120 ans du décès d'Alphonse Daudet, a été apposée à l'angle de la librairie.

 

 Le 30 septembre 2017, une plaque souvenir de son passage en tant que maître d'études au Collège d'Alès, à l'ex-caserne Thoiras, rue Pasteur.

 

Enfin, NOTRE PRIX Alphonse Daudet en collaboration avec les Editions Lacour-Ollé dont je souligne le travail remarquable de réimpression des textes écrits par les cinq premiers candidats.

Le jury a été fortement impressionné par la qualité et l'originalité des manuscrits dont le thème était : « Voulez-vous écrire sur lui » ?

 C'est dire que l'illustre écrivain, par-delà le temps qui passe, par-delà les incrédules, ne cessera jamais d'exister et fera encore couler beaucoup d'encre … !

 

Cette année, notre Association partira en promenade sur les chemins d'Alphonse Daudet vers des lieux et des sites porteurs de sa mémoire.

 

 Ces chemins magiques, à la découverte de notre richesse patrimoniale et de la non moins richesse littéraire de notre Eternel Alphonse Daudet, nous conduisent à l'honorer d'un souvenir d'éternité.

 

 

Monique Degrave

Présidente de la Fédération Eternel Alphonse Daudet