Le mot de la Présidente

 

Assemblée générale 2020

 

 

  Naissance d'un chef d’œuvre « Les Lettres de mon Moulin »

 

Bonjour à toutes et à tous,

Une année 2019 qui s'est achevée en apothéose pour notre cher Alphonse Daudet dont on a rendu hommage dans de nombreux villages et villes de France. Voilà de quoi nous réjouir !

Nous sommes fiers d'avoir dans notre littérature française un écrivain né à Nîmes dont le chef d’œuvre « Les Lettres de mon Moulin » a été reconnu en 2019 par le Ministère de la Culture, commémoration nationale, pour les 150 ans de la parution des « Lettres de mon Moulin ».
Cette œuvre majeure de notre littérature a été publiée pour la première fois sous forme de recueil en 1869. Recueil né des impressions et des voyages que l'auteur a effectué à Nimes, en Provence, en Corse ainsi qu'en Algérie.

 

C'est en 1865, dans sa maison de Clamart, près de Paris, qu'Alphonse Daudet commence à écrire des chroniques provençales, qui au nombre de 24, allaient devenir « Les Lettres de mon Moulin ».
Les premières lettres parurent en 1866 ans dans un journal parisien « l'Evénement » avec un sens du détail évocateur qui nous donne l'impression d'être aux côtés du narrateur tant les descriptions visuelles et olfactives semblent à portée de sens.  Cette succession de souvenirs, de contes, de légendes ou de simples images tirées du folklore méridional ou jaillies de l'âme du poète sont des choses vues ou choses lues ou choses imaginées...mais toujours, choses senties.

Alphonse Daudet aimait le dire : « D'après nature ! Je n'eus jamais d'autre méthode de travail ! »

Un savoureux mélange de poésie et de philosophie de vie. On y trouve aussi de la gaieté et de la mélancolie. Tout une ode à la nature et à ses habitants.
A chaque histoire, une morale à retenir. La soif de liberté dans « La chèvre de Monsieur Seguin », la solidarité dans le « Secret de Maître Cornille », la gourmandise un des sept péchés capitaux dans « Les trois messes basses », et enfin « La mule du Pape » où comment tout vient à qui sait attendre...

Ces contes font partie de notre patrimoine littéraire, mais resteront-ils dans la mémoire des jeunes générations !

C'est à l'école que la plupart d'entre nous avons reçu en héritage ce précieux bien, ce trésor de notre littérature française.

Qu'il en soit ainsi pour tous les jeunes qui sont en recherche de racines et d'identité.

Car les racines, c'est l'inscription dans un lieu, dans une Histoire.

Je dirai comme Erasme : « on ne naît pas homme, on le devient ».

Que notre jeunesse ouvre les yeux sur le patrimoine de la France, première destination touristique au monde, mais aussi première destination culturelle ! Le renom international de ses sites accueillent des milliers de visiteurs français ou étrangers par an. Nîmes ville renommée où l'histoire se lit dans chaque pierre, chaque monument romain. Au cœur d'un triangle d'or Avignon, Arles, Tarascon...

 

Par le plus heureux des hasards, Mme Monique Degrave habite à trois cents mètres de la maison où Alphonse passa sa petite enfance dans le village de Bezouce, situé à 10 kms de Nîmes. Passionnée de Daudet, au cours de l'année 2019, elle a recherché les lieux de mémoire nîmois où Alphonse Daudet a laissé une empreinte. Avec les Services Culturels de la Ville de Nîmes est né un petit ouvrage sur « Focus » ayant pour thème : « Alphonse Daudet à Nîmes ». Magnifiquement illustré de belles reproductions tirées des collections de la Bibliothèque du Carré d'Art, ce petit livre est incontournable. La brochure est diffusée dans les services culturels et touristiques de Nîmes et est diffusée dans le réseau des villes et pays d'art et d'Histoire.

Une autre ville, proche de chez nous, Jonquières Saint-Vincent, a fait réaliser une splendide fresque murale en hommage à Alphonse Daudet et Frédéric Mistral, inaugurée le vendredi 3 mai 2019 par Mme Carole Delga, Présidente de la Région.

A Rennes, deux conférences diaporama sur Alphonse Daudet et l'Algérie en avril 2019.

Je me réjouis que les villes et les villages de France se sont souvenus de notre écrivain universellement connu qui a enchanté toute une jeunesse de France. Lui qui était porteur d'un message, celui du peuple.

Nous aussi sachons être des femmes et des hommes éclairés pour mettre en valeur Alphonse Daudet, «écrivain du peuple », «écrivain de génie » !

Renoncer aujourd'hui à ce message qui se transmet, depuis des siècles, de génération et génération, c'est condamner à l'oubli tout un pan immense de notre littérature. Nous ne sommes pas aveugle pour nous apercevoir qu'Alphonse Daudet n'est plus enseigné dans le degré primaire comme il y a encore quelques années. En effet, en 2012, tous les élèves de CM2 en France avait reçu un livre pour l'été de l'Education Nationale « Les Lettres de  mon Moulin d' Alphonse Daudet. En huit ans, après une petite enquête dans les classes primaires, l'auteur n'est presque plus mentionné. Quelques bibliothèques maintiennent les livres de Daudet.

Posons-nous la question ? L'avenir culturel de nos enfants est-il aujourd'hui en jeu ?

Relevons le défi de maintenir notre langue, notre littérature, notre culture.

Je ne peux  m'empêcher de mentionner la citation prémonitoire de Daudet : « La langue française... ne jamais l'oublier.. quand un peuple tombe esclave, tant qu'il tient bien sa langue, c'est comme s'il tenait la clef de sa prison » !

 

Que cette année 2020 soit propice à relever ce défi avec les plus hautes instances de l'Etat. Aussi loin que je remonte dans l’œuvre d'Alphonse Daudet, c'est dans « Les Lettres de mon Moulin » que je retrouve sa quintessence de poète et son esprit le plus pur d'humanité.

Quelle émotion, quelle sensibilité, quel lyrisme, gardant toujours le respect de l'Art, le charme de l'harmonie et la musique des mots !

 

Alphonse Daudet a été pleinement ce qu'il rêvait d'être « un marchand de bonheur ».

Son œuvre reste et restera une éternelle invitation à sourire aux autres, au monde et à soi

et plus particulièrement à la ville qui l'a vu naître Nîmes.

Gloire à Daudet !

 

 

Monique DEGRAVE

Présidente de la Fédération Eternel Alphonse Daudet